Skip to content

MKNM pour Cuissard, étape de recherche

MACCHABÉE

Dans le cadre de son invitation par la Galerie Cuissard, MKNM crée avec et pour Alice Martins MACCHABÉE, une pièce chorégraphique, vocale et plastique - performance vouée à être activée dans l’espace public ou sur un plateau et installation destinée à l’espace d’exposition.

Traversée fictionnelle d’un territoire peuplé de figures incarnées par Alice Martins, la
performance se déploie au fil d’une chanson et d’une danse qui s’entrelacent. La danse est
rythmée par la manipulation de plusieurs paires d’yeux.

MACCHABÉ est à la fois un palimpseste et une histoire de métamorphoses.

Chaque paire d’yeux est fabriquée dans un matériau singulier, partie d’une collection d’éléments archaïques et futuristes, à l’image des propriétaires morts et vivants, humains et non-humains qu’il est question ici de convoquer. Contenus dans le sac à dos de la performeuse, ces yeux viennent s’agréger à sa tenue de cycliste, une combinaison noire intégralement zipée.

Les figures qui se glissent tour à tour dans le corps d’Alice Martins, les regards
agrégés à son costume, la mélopée : autant d’ingrédients de ce cycle immuable propre aux danses macabres, composant une formule magique adressée au public comme un secret.

Dans l’espace d’exposition, le costume est suspendu à un socle qui permet de le
maintenir déplié : enveloppe vide préservée à la fois comme une relique, mais aussi comme une mue. Une installation sonore nichée à l’intérieur diffuse le chant en boucle, appelant le
spectateur, ou le ramenant aux rencontres établies lors des activations de la performance.

Avec MACCHABÉE, MKNM s’accapare à son tour les espaces de la Galerie Cuissard en 2019 - 2020.

--------------------------------------------------

Tu perds ton visage, il coule
Les yeux dans les mains
Mange ton visage, avale le depuis l’intérieur
C’est une façon d’attendre, d’attendre les gens
Comment les regarder depuis cet endroit
Toupie bras tendus
Qu’est-ce qui peut passer par ton oeil, seulement?
C’est une façon de trancher l’air
De lancer à l’envers
D’appeler en chantant
De respirer en chantant
D’émettre un son depuis un corps caché
C’est un costume avec des morceaux de corps visibles
Est-ce que ce morceau là n’est pas à elle?
Ce morceau, lui, là, qui est vivant
C’est parfois un corps sans visage
Ne resteraient que les yeux, au dessus, au dessous
C’est une qualité, un oeil
Son petit être, Son grand être
Porte quelque chose de plus grand
C’est toujours la même heure
Il y a des vibrations et des doigts de sorcière
Au galop, tu chevauches, parterre
Des yeux qui coulent, un regard qui tombe
Des organes, des trous
Un son qui aspire
Un son qui expire
L'espace qui frotte, ça dévoile, rideau.

--------------------------------------------------------

La Galerie Cuissard (http://www.galerie-cuissard.com) est un projet d’Alice Martins, initié en 2016. Ce projet de détournement est né de son expérience de coursière à vélo. Pistée et géolocalisée pendant tous ces trajets en arborant les couleurs de l’entreprise avec des tenues qu’elle a dû elle-même acheter, elle a décidé de transformer l’espace publicitaire de son sac à dos en galerie d’art. La Galerie Cuissard renverse la situation. Elle pousse le public à passer de l’écran à la rue, à la découverte d’œuvres originales dans des espaces à chaque fois renouvelés.

La Galerie Cuissard n’expose que des œuvres inédites s’adaptant aux contraintes du sac à dos et jouant de sa position hyperactive. La sélection des artistes invité·e·s est faite parmi la jeune création contemporaine. Artistes plasticien·ne·s, vidéastes, photographes, sculpteur·rice·s, performeur·se·s, compositeur·rice·s peuvent tous s’accaparer l’espace du sac-à- dos. La Galerie Cuissard assure un travail d’édition et de production en collaboration avec l’artiste. Stéphanie Cazaentre est la première artiste conviée par la Galerie Cuissard en 2017. Elle a créé une sculpture inédite et protéiforme en tissu et latex qui absorbe son environnement, Intestin. Elle a été présentée pour la première fois en juin 2017 à Mains d’Œuvres puis en janvier 2018 à la Générale.

Les trajets de la Galerie Cuissard sont prémédités. À chaque performance, un parcours est établi pour proposer plusieurs moments de déploiement de l’œuvre. La Galerie Cuissard choisit ces lieux en fonction de l’œuvre originale présentée. Cherchant des lumières, des volumes, des textures, des flux, des mouvements qui mettent en résonance l’œuvre avec le territoire, la galerie joue un rôle d’explorateur urbain.

Avec MACCHABÉE, MKNM s’accapare à son tour les espaces de la Galerie Cuissard en 2019 - 2020.

Infos

Mosaique

Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours -

Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours - Développement en cours -